Monday, 4 April 2016

Fatal Extraction: Australian Mining's Damaging Push Into Africa

Since the beginning of 2004, more than 380 people have died in mining accidents or in off-site skirmishes connected to Australian publicly-traded mining companies in 13 countries in Africa. Australian mining companies are more numerous than those from other mining giants such as Canada, the United Kingdom and China. At the end of 2014, more than 150 companies held about 1500 licenses and owned or managed dozens of mining operations across 33 countries in Africa... Read more...

Monday, 28 March 2016

Saturday, 13 February 2016

Jean-Marc Jancovici | Energie et climat

Je vous ai parlé de Jean-Marc Jancovici. Jean-Marc Jancovici, né en 1962, est un ingénieur français diplômé de l'École polytechnique et de École nationale supérieure des télécommunications de Paris. Il est chef d'entreprise, consultant, enseignant, conférencier, auteur de livres et chroniqueur indépendant. Il est connu pour son travail de sensibilisation et de vulgarisation dans la thématique énergie-climat... Visitez son site Manicore...
Plus:
- Jean-Marc Jancovici (vidéos)

Friday, 12 February 2016

Tous mes liens sur taxation DRC

Ceseco Mines 2016

​Nous arrivons au terme de cette semaine d'échanges

http://mines2016.blogspot.fr/

​N'oubliez pas de commenter le billet demandant votre évaluation de la session.

Merci.​

Nous arrivons au terme de cette semaine d'échanges

Nous arrivons au terme de cette semaine d'échanges. J'espère vous avoir transmis une partie de mon long parcours, sans cesse curieux; cherchant à rester en contact avec le monde réel et son évolution continuelle; notamment par l'accès à toutes les techniques de l'information, de publication et d'échanges au moyen du world wide web WWW. Nous avons parcouru l'objet de la session cad. l'évaluation économique de projets miniers par l'emploi de feuilles excel. Nous avons terminé par une feuille consacrée au Congo Kinshasa (République Démocratique du Congo RDC), le projet de rachat à Gécamines de la mine de cuivre de Kamoto (lien vers la feuille excel travaillée ensemble). Je vous laisse approfondir le sujet du partage équitable de la rente minière entre le pays hôte et l'investisseur minier en suivant le lien sur la réforme du code minier envisagée en RDC [lien]

 Plus: Tous les liens sur les documents de la session sont [ICI]

Souvenir de notre semaine du 8 au 13 février 2013

Merci de mettre en commentaires à ce billet votre évaluation de nos échanges: ce qui vous a servi, ce qui vous a manqué etc... pour me permettre d'ajuster une contribution éventuelle future au Ceseco et à l'Afrique.

Or au Mali


Mali - Mines d'or par typomag

Cameroun Mines de diamants

Thursday, 11 February 2016

Après l’effondrement des pétrolières, la peur d’un krach bancaire - Indices & Actions - Le Figaro Bourse


Après l’effondrement des pétrolières, la peur d’un krach bancaire... Suite...


Issoufou en quête de coupables pour un putsch encore imaginaire - NIGER - La Lettre du Continent


Le chef de l’Etat a déjà saisi le tribunal militaire pour juger les prétendus putschistes de décembre. Mais l’enquête peine à démêler les vrais ressorts de cette tentative de renversement. Suite...

The Lesser Evil

The Lesser Evil

10th February 2016
14

I am starting to hate the European Union. But I will vote to stay in.

By George Monbiot, published in the Guardian, 10th February 2016

By instinct, like many on the left, I am a European. I recognise that many issues – perhaps most – can no longer be resolved only within our borders. Among them are grave threats to our welfare and our lives: climate change and the collapse of the living world; the spread of epidemics whose vectors are corporations (obesity, diabetes and diseases associated with smoking, alcohol and air pollution); the global wealth-grab by the very rich; antibiotic resistance; terrorism and conflict.

Je commence à haïr l'Union européenne. Mais je vais voter pour rester dans.


Source: monbiot.comLe moindre mal | George Monbiot
Je commence à haïr l'Union européenne. Mais je vais voter pour rester dans.
Par George Monbiot, publié dans le Guardian, le 10 Février 2016
Par instinct, comme beaucoup sur la gauche, je suis un Européen. Je reconnais que de nombreuses questions - peut-être plus - ne peuvent plus être résolus qu'à l'intérieur de nos frontières. Parmi eux sont graves menaces à notre bien-être et notre vie: le changement climatique et l'effondrement du monde vivant; la propagation des épidémies dont les vecteurs sont des sociétés (l'obésité, le diabète et les maladies liées au tabagisme, l'alcool et la pollution de l'air); la richesse-accaparement par le très riche; résistance aux antibiotiques; le terrorisme et les conflits.

La mine de diamants de Mirny - Recherche Google

Et si le pétrole était délaissé à son tour ?



LONDRESUne idée reçue sur le récent plongeon des prix du pétrole consiste à dire que nous assistons à une répétition de l'effondrement de 1985-1986, lorsque l'Arabie saoudite a accéléré sa production dans le cadre d'un différend avec d'autres membres du cartel de l'OPEP. La thèse actuelle est que l'Arabie saoudite agit de la même manière, en réponse à sa perte de part de marché suite à la production de gaz de schiste aux États-Unis
..
Mais il y a un autre parallèle qui est encore plus pertinent, avec des conséquences importantes pour le prix du pétrole à long terme. L'effondrement récent fait penser à une forte chute similaire du prix du charbon (d'un bref pic à140 $ la tonne en 2008, à environ 40 $ la tonne actuellement), qui a entraîné le fait que certains gisements soient « financièrement délaissés », ce qui signifie que leurs coûts de développement dépassent leur rendement potentiel.




Project Syndicate needs your help to provide readers everywhere equal access to the ideas and debates shaping their lives.
Learn more

La baisse est le résultat de politiques environnementales à long terme, notamment des programmes visant à atténuer le changement climatique et donc à réduire la demande en charbon. Les efforts visant à améliorer la qualité de l'air en Chine, les normes d'émissions de carbone et de mercure auxÉtats-Unis, le gaz naturel moins cher et les investissements croissants dans les énergies renouvelables ont fait diminuer la part du charbon sur le marché de l'énergie.
Un mécanisme similaire est peut-être à l'œuvre sur le marché du pétrole. Comme la pression pousse les gouvernements à prendre des mesures pour lutter contre le changement climatique, la demande en combustibles fossiles risque de chuter, ce qui pourrait avoir pour conséquence des prix restant plus longtemps à la baisse par rapport au anticipations du secteur pétrolier, et cela peut-être pour toujours.
Évidemment certains commentateurs (notamment l'économiste britannique Dieter Helm), écartent la possibilité que des actifs puissent être délaissés. Ils font valoir que l'absence d'efforts internationaux sérieux en vie de réduire les émissions, la nature cyclique des marchés du pétrole, les horizons prévisionnels à court terme des investisseurs et le fait que la plupart des actifs du pétrole soient publics rendent peu probable le fait que des politiques visant à atténuer le changement climatique aient un impact sur les prix du pétrole.
Ces arguments sont faciles à réfuter. Tout d'abord, alors que la communauté internationale a peu de chances de trouver de sitôt un accord sur un mécanisme mondial en vue d'établir un prix sur les émissions de carbone, les autres types de mesures environnementales ont déjà eu un effet sur la demande de pétrole.
Il s'agit d'un développement crucial, car même de petites variations de l'offre ou de la demande peuvent causer de grandes fluctuations sur le prix du pétrole. La chute de 120 $ le baril en 2014 à moins de 35 $ actuellement résulte d'une variation de 2 % (environ 2 millions de barils par jour) dans l'équilibre de l'offre et de la demande. Cela traduit l'augmentation de la production de l'Arabie saoudite de plus d'1 million de barils par jour, ainsi que les mesures d'efficacité prescrites dans l'Union européenne, en partie motivées par des efforts en vue de réduire les émissions de dioxyde de carbone, qui ont contribué à une baisse comparable de la demande d'environ 1,5 % par an. On peut s'attendre à des chiffres similaires dans d'autres pays, puisque les gouvernements s'efforcent d'atteindre les objectifs sur lesquels ils se sont engagés selon l'accord de Paris sur le changement climatique.
Deuxièmement, bien que les prix du pétrole puissent être cycliques, des changements structurels sur les marchés de l'énergie pourraient bien saper les hausses des prix. Les technologies de transports alternatives, notamment les voitures électriques, les batteries statiques et les solutions hybrides, menacent déjà de rendre le pétrole moins indispensable.
En troisième lieu, tandis que de nombreux investisseurs ont des horizons prévisionnels à court terme, le développement des ressources dans le secteur pétrolier peut facilement s'étendre sur plus d'une décennie. Cela signifie que les flux de trésorerie « sûrs » des actifs actuels peuvent finir par être investis dans la prochaine génération d'actifs à coûts élevés, qui courent un risque beaucoup plus grand d'être délaissés.
Enfin, le fait que plusieurs sociétés pétrolières soient publiques ne protège pas les investisseurs qui ont investi leur capital dans des actifs publics cotés en Bourse. Les gouvernements peuvent avoir des raisons stratégiques de conserver des actifs non rentables, mais les investisseurs qui détiennent des actions dans les entreprises publiques partiellement privatisées ne sont pas dans le même cas. En outre, les premières victimes de toute baisse des prix à long terme seront les producteurs à coûts élevés, dont un grand nombre sont cotés en bourse, ce qui exposera les investisseurs à plus de risques, contrairement à ce que l'on pourrait croire.
Les marchés des matières premières ont prouvé à maintes reprises qu'ils étaient vulnérables aux attentes de baisse des prix. Compte tenu des pressions politiques visant à atténuer l'impact du changement climatique, les investisseurs avisés vont observer de près les indications des mesures qui conduiront à une baisse de la demande et à la possibilité que leurs actifs soient financièrement délaissés.
Il est dangereux de présupposer que les actifs ne peuvent être délaissés qu'à long terme. Une telle présupposition place les investisseurs dans la même situation que les derniers actionnaires de Peabody Energy, plus grande compagnie de charbon privée du monde, qui est au bord de la faillite. Le fait que Peabody Energy soit encore en activité (donc techniquement non délaissée), est probablement une bien maigre consolation pour ses propriétaires.

The Lesser Evil | George Monbiot

Une de mes sources de réflexion les plus prisées.

http://www.monbiot.com/2016/02/10/the-lesser-evil/

pierre ratcliffe

Saturday, 16 January 2016

Boucle ferroviaire Cotonou-Abidjan Bolloré Africa Logistics | impact sur les activités minières

http://pratclif.com/cayambe-rail/01.jpg  La boucle ferroviaire Cotonou-Abidjan  avec la société Bolloré Africa Logistics (BAL), acteur important du transport ferroviaire en Afrique, des ports et du transport maritime. BAL, implanté depuis 1922 en Afrique, doit contribuer à l'activité économique et à au développement. BAL est engagée dans des projets de réhabilitation et de modernisation des réseaux existants ainsi que d'extension de ceux-ci. Ces projets impliquent des accords avec les gouvernements. La mission est d'aider BAL à voir clair dans les perspectives de traffic liées aux activités minières pour accroître la justification sociale (passagers) par une justification économique (minerais et concentrés).
Le projet principal est celui dit de la boucle Cotonou (Bénin) Abidjan. Mais BAL est aussi intéressée par le réseau ferré existant du Cameroun qui date de la colonisation allemande; par celui de Guinée; et par une extension de réseau au Togo. Suite...

Thursday, 7 January 2016

Bénin : une coalition dénonce le "parachutage" par la France du candidat Zinsou à la présidentielle

2016 des nuages noirs partout

​  2016 des nuages noirs partout les nuages s'amoncèlent: décroissance de la Chine impactant les producteurs de matières premières et les pays développés, terreur islamique et conflits au proche orient, croissance en berne en Europe, menaces sur la finance... Les participants à l'émission "C dans l'Air" du 6 janvier 2015 animée par Caroline Roux ont largement débattu du sujet. L'émission faisait écho à la publication du message de Christine Lagarde directrice générale du FMI "the transitions of 2016".
Le système monde est en transition, ou plutôt en évolution comme toujours, et nul ne sait où il va. Les optimistes diront qu'il va d'équilibres en équilibres. Car il n'existe pas d'équilibre permanent comme nous l'apprend l'histoire. Le système monde d'aujourd'hui est caractérisé par le tout économique. Et le tout financier puisque la finance et l'économie vont ensemble. Le tout économique et financier s'applique désormais à la planète entière et aux 196 nations qui la divisent, avec plus de 7 milliards d'hommes et de femmes, êtres humains ou plutôt acteurs humains puisque chacun passe la totalité de sa vie à agir, et le plus souvent à commettre des erreurs et à essayer de les corriger. Suite...

L'Afrique à la merci de l'ogre chinois - L'Express L'Expansion


L'horizon s'assombrit pour nombre de pays qui vivent à l'heure pékinoise. Ceux qui ont misé sur la diversification s'en sortent mieux. Le charbon du Mozambique, le cuivre de la Zambie (notre photo) ou le platine de l'Afrique du Sud prennent la direction de la Chine. Suite...

Friday, 1 January 2016

Oyu Tolgoi giant porphyry copper project in Mongolia's South Gobi region

http://bit.ly/1ReHqyV This 14 January 2013, I was contacted by the British NGO "Raid" to give an opinion about Oyu Tolgoi giant porphyry copper project in Mongolia's South Gobi region [see contents of this mail]. The problem is that some politicians and NGOs in the country are pressing the Government to amend the terms of the mining agreement to increase its revenues. This short note is my response to RAID's request, having consulted documentation on line thanks to google search engine....  Read more...

Africa: Mining sector; a bright future!

The African continent is richly endowed with mineral resources. The US Geological society ranks Africa as the largest or second-largest reserve of bauxite, cobalt, industrial diamonds, manganese, phosphate rock, platinum group metals and zirconium. The products produced from these minerals are found in everyday life. Africa has a history of acting as a feedstock for the world’s mineral hunger. British, Belgian and Portuguese colonies produced precious metals and gems since the early 1800s while the majority of private foreign capital invested on the continent between 1870 and the Second World War was channelled into mining. By the early 1990’s, however, the continent was still only receiving some 5% of global exploration and mining development expenditure. A study by the Word Bank on the shortcomings of African territories in the eyes of miners revealed a need for infrastructure, stable legal systems, a predictable fiscal regime, profit repatriation guarantees, and access to foreign exchange. The remarkable changes that took place in Africa from 2000 to 2011 resulted in the continent receiving 15% of global exploration expenditure and mining investment during 2012. The outlook for Africa’s mining sector remains bright. Huge tracts of Africa remain largely unprobed.... Read more...